C’est ensemble, en cercle, que nous co-créons. Que la magie, la vraie, se passe. Ce n’est pas en restant isolées. 

Dans l’histoire de l’humanité, hier encore, les femmes se rassemblaient autour des évènements heureux et malheureux de la vie. Que ce soit pour la cuisine, apprendre un métier, cultiver la foi, célébrer un départ, accompagner la vie, prendre soin des enfants. Chacune savait qu’elle pouvait compter sur d’autres pour lui apprendre, l’entendre, la guider. Nous avons perdu ce contact privilégié avec nos soeurs de coeur aux travers de l’industrialisation, entre-autres. Et c’est malheureux.

Nous avons aussi perdu cette connaissance des cercles de partages. Se retrouver entre-nous dans un espace sécuritaire fait croître notre puissance personnelle, nous donne des ailes. Depuis quelques années, une résurgence de ces espaces sacrés se fait sentir. Et c’est tant mieux!

Les femmes ont besoin de cette reconnection à elles-mêmes et aux autres. Elles tendent naturellement vers cette spiritualité sans dictats, difficile à décrire en mots mais pourtant réellement désirée. Les cercles leurs permettent d’explorer, de s’exprimer et d’expérimenter cette spiritualité.

Les cercles ne sont pas des thérapies ou des groupes de supports. Au lieu de mettre l’emphase sur une problématique ou sur des actes du passé, les cercles veillent à mettre en lumière le chemin pour celles qui désirent grandir, avancer, se transformer. Chacune vient y trouver sa propre vérité.

Il existe des cercles de parole pour être entendue, pour être inspirée.

Il existe des cercles de création, collective, individuelle, pour le plaisir.

Il existe des cercles de passage pour les grandes étapes de la vie.

Il existe des cercles pour cheminer spirituellement.

Il existe des cercles en présentiel, des cercles en virtuel.

Lors d’une rencontre, chacune arrive avec son bagage de vie, chacune arrive avec ses appréhensions, ses attentes, chacune arrive avec son ouverture envers l’autre. Toutes les rencontres seront différentes du fait que l’énergie du moment ne sera jamais la même (et ce même si les participantes sont les même, même si la structure de l’intervention est pareille).

Chaque facilitatrice de cercle choisit de mener ses rencontres comme elle l’entend (cliquez ici pour en savoir plus). Il faut veiller à se diriger vers un groupe qui correspond à nos besoins et à nos valeurs. Nous avons une responsabilité en tant que participantes et c’est de nous investir dans ces cercles pour pouvoir vivre l’expérience jusqu’au bout afin qu’elle nous transforme. Pour certaines, se sera transcendant, pour d’autres une curieuse découverte. Il n’y a pas de bonne réponse.

Ce qui est magnifique dans ces cercles, tels qu’ils nous sont présentés aujourd’hui, ce sont les rituels. L’être humain est avide de connection, de rituels et de cérémonies. Cela fait partie de lui. Mais avec nos vies actuelles, la place pour ces actes ou ces rassemblements est souvent minuscule. En tentant de supprimer quelque chose qui est là, bien présent en nous, nous ne nous rendons pas service. Nous taisons un de nos besoins fondamentaux, celui de donner du sens à la Vie.

Et même en n’étant pas du tout “spirituelle”, “ésotérique”, “sorcière”, “flyée” ou “perchée”… il est possible de se joindre à un cercle de parole, un cercle de partage, pour y échanger et apprendre sur nous. Il existe autant de types de cercles que de types de personnalités!

À travers ces rencontres hebdomadaires, mensuelles, trimestrielles, … vous rencontrerez des personnes fantastiques, vous apprendrez à faire confiance au processus, vous en ressortirez plus légères et parfois même euphoriques, vous aurez envie d’amener du sacré dans votre quotidien. Et ça c’est un sacré cadeau : celui que de faire de la place à l’essentiel dans nos vies et de cultiver un sentiment d’émerveillement et de gratitude.

J’ai besoin, nous avons besoin, de trouver notre tribu, notre clan.

J’ai besoin, nous avons besoin, de verbaliser ce qui nous encombre sans peur d’être jugées, catégorisées, conseillées.

J’ai besoin, nous avons besoin, d’endroits sécuritaires où il fait bon ÊTRE.

Maintenant, j’ai une question pour vous : qu’est-ce qui vous fait hésiter à joindre un cercle de partage, un cercle de parole?